5 façons de trouver l’inspiration

Aujourd’hui, j’avais envie d’écrire mais je n’avais pas réellement d’idée d’article. J’ai donc cherché des idées sur le Web. Si tu es bloggeuse toi aussi, tu sais certainement que des articles du genre «101 idées d’articles pour ton blog » existent. Il en existe même beaucoup. Ces articles sont supposés être là pour t’inspirer et t’aider dans la création de tes propres articles. As-tu déjà lu ce genre d’article à la recherche d’idées? Si oui, tu as sûrement constaté comme moi que les sujets proposés sont souvent redondants et rarement originaux. Je ne dis pas que ces sujets-là ne peuvent pas faire de très bons articles et intéresser beaucoup de gens. Peut-être que ces listes aident d’autres bloggeuses (je le souhaite sincèrement). Mais lorsque je suis à la recherche d’idée, je m’attends à trouver des trucs vraiment originaux, des trucs auxquels je n’aurais pas pensée moi-même. Finalement, je ne récupère jamais une de ses idées pour écrire un article. C’est toujours un peu une déception.

Ce n’est pas facile de toujours être inspirée, de toujours avoir une idée en tête. Les éclairs de génie arrivent parfois. Mais nous n’en sommes pas frappés à tous les jours. Bien souvent, je fini par me creuser la tête afin de trouver des idées d’articles. Mais je me suis aperçue que cette méthode n’était pas optimale et qu’elle était légèrement frustrante. J’ai donc cherché des moyens efficaces de trouver de l’inspiration. Aujourd’hui, je te présente ce qui fonctionne pour moi en espérant que ça puisse t’être utile.

Essayer quelque chose de nouveau

Nous vivons toutes plus ou moins dans une certaine routine. C’est tout à fait normal. Nous regardons les mêmes séries télé, nous cuisinons les même repas, nous consacrons nos temps libres aux mêmes passe-temps que nous aimons.

Essayer de nouvelles choses est une des méthodes les plus efficaces pour nous inspirer. Que ce soit de visiter un musée que nous ne connaissons pas, aller dans une bibliothèque différente, cuisiner un mets étranger ou découvrir un nouveau café dans notre cartier, ces nouvelles expériences sont une mine d’or pour nos sens. Si nous nous laissons imprégner par ces nouvelles sensations, l’inspiration se pointera le bout du nez. Que tu ais aimé ou pas ton expérience, tu auras quelque chose à raconter.

Lire

S’inspirer par des lectures ce n’est rien de révolutionnaire j’en conviens. Mais la lecture est quelque chose que j’avais délaissé au profit d’Internet et des réseaux sociaux. Grave erreur! Les livres sont une merveilleuse source d’inspiration. Dernièrement, j’ai pris l’habitude de retranscrire les passages qui me plaisent, qui me parlent. Je peux alors les relire à tout moment et me laisser inspirer par ces passages. De plus, quand on cherche une idée d’article à écrire, notre avis sur notre dernière lecture est toujours un choix gagnant qui intéresse beaucoup de gens.On peut s’inspirer également de l’actualité ou des autres blogs. Attention toutefois au plagiat.

Se déconnecter

Comme je le mentionnais dans cet article, nous vivons avec l’Internet au bout des doigts. Nous sommes une société ultra connectée. L’information circule rapidement. Tout va vite, parfois même trop vite. Se déconnecter d’Internet pour quelques heures, pour une journée ou encore pour une semaine, te permets de te concentrer sur ce qui est vraiment important. On sait que ce qui est vraiment important ce n’est pas le nombre de likes sur Instagram. Être déconnecté, c’est se donner l’occasion de s’ennuyer. C’est aussi se donner l’occasion de chercher des idées d’activités à faire. C’est se donner l’occasion d’être à l’écoute de soi et des autres. C’est se donner la possibilité de se laisser inspirer par ce qui se passe dans sa vie, sa vraie vie.

Écrire, écrire et encore écrire

Si tu joues d’un instrument de musique comment deviendras-tu bon? Comment vas-tu t’améliorer? En pratiquant, en répétant le même exercice encore et encore. C’est la même chose avec l’écriture. Plus tu écris, plus tu veux écrire. Plus tu écris, plus tu as de la facilité à écrire. Il m’arrive souvent de commencer un article, de le trouver mauvais, de l’effacer et d’en commencer un autre. Pourquoi? Parce que les premières lignes de mon article « mauvais » m’a inspiré pour un autre article. Parfois, je peux écrire 3-4 « mauvais » article avant de trouver l’inspiration. Mais ça arrive pratiquement à chaque fois.

Sortir de chez soi

Ce point rejoint un peu mon premier point. Par à la découverte de ton quartier ou de ta ville. Balade-toi dans les parcs et regarde autour de toi. Que vois-tu? Comment le décrirais-tu? Écoute les bruits qu’il y a. Qu’entends-tu? Comment te sens-tu face à ces bruits? Vas dans des endroits plus achalandé et observe les gens. Que font-ils? Comment sont-ils? Ont-ils l’air heureux, tristes, pressés, préoccupés? Observe la vie autour de toi, laisse toi imprégner par tes émotions. Laisse l’inspiration venir à toi.

10 séries télé à regarder cet automne

Depuis que j’ai Netflix, je suis une grande « consommatrice » de série télé. Avant d’avoir Paul je « binge watchait » pas mal de série. Maintenant, je les regarde à un rythme un peu plus normal d’un ou deux épisodes par soir.

Même si je regarde des séries toute l’année, je dois dire que c’est une activité que je préfère faire à l’automne et à l’hiver. Je m’installe alors confortablement sur le divan avec un bol de popcorn et une couverture chaude. Moment de détente et de bonheur parfait. Quelles sont mes séries préférées? C’est ce que je vous présente dans mon top 10 des séries à regarder cet automne.

Top 10 | Séries télé

1- Gotham. C’est la série que j’écoute présentement. J’ai toujours adoré l’univers de Batman. Gotham permet de découvrir la ville et les vilains à l’époque où Bruce Wayne est adolescent. Touts les personnes de la série sont attachants à leur manière. Je dois dire que j’ai un gros faible pour Oswald et Nygma. #TeamVilains

2- Friends. Un classique des séries télé. J’adore Friends. C’est drôle et divertissant. J’aime tellement détester Ross Geller. Y a que moi qui le déteste?

3- Dirk Gently’s Holistic Detective Agency. Cette série a été une véritable révélation pour moi l’an dernier. C’est original, bizarre et accrocheur. J’étais convaincue que la saison 2 serait un flop. C’était inconcevable pour moi que les créateurs de la série puissent arriver avec une autre idée originale et totalement différente de la première. J’avais tords. La saison 2 est aussi brillante que la première. À mon grand regret, Dirk Gently ne reviendra pas pour une troisième saison.

4. Sex and the city. On est ici dans le superficiel et le vulgaire. Mais j’adore la vie impossible de ces 4 amies qui vivent à Manhattan. Il y a juste moi qui n’aime pas Carrie? Sérieusement c’est ma moins pref de la gagne. Elle est égoïste et un brin stupide. Qui laisserait Aidan pour Mr. Big? #BadChoice #TeamAidan (Sex and the city ne se retrouve pas sur Netflix).

5. Jessica Jones. La première saison est incroyable. Comment ne pas aimer cette fille qui est tout sauf sympathique et qui a un goût trop prononcé pour l’alcool? Elle est vraiment badass. Non mais merde! Elle réussi à se débarrasser de Kilgrave! #BestVilainEver

6. The Big Bang Theory. Cette série on l’adore ou on la déteste. Pour ma part, je suis une grande fan des 4 nerds et leurs conjointes. Mon personnage préféré est Raj. Il est drôle et plutôt beau garçon. J’aime bien Sheldon aussi. Parfois j’ai envie de lui faire un câlin et parfois j’ai envie de lui mettre des coups. Du côté des filles, ma préférée c’est Penny. C’est à elle que je ressemble le plus (pas physiquement hein). Je trouve Amy légèrement inquiétante et Bernadette légèrement épeurante. (The Big Bang Theory ne se retrouve pas sur Netflix).

7. Anne with an E. J’adore l’œuvre de Lucy Maud Montgomery. Anne la maison aux pignons verts a bercé mon enfance. Que ce soit avec là série télé, les dessins animés ou encore avec les livres. La version de Netflix est impeccable et le choix des acteurs est parfait. Anne est attachante et émouvante comme il se doit.

8. Black Mirror. Je suis certaine que tu connais déjà cette série culte. Black Mirror est une série parfaite pour nous faire réfléchir à notre façon de vivre et à l’utilisation que nous faisons de la technologie. Si on apportait la fonction « bloquer » dans la vraie vie quelle serait l’impact? Si notre valeur en tant qu’humain était calculée selon le nombre de likes qu’on recevait, comme sur Instagram, qu’arriverait-il? Des réflexions intéressantes à avoir.

9. How I met your mother. J’écoute cette série principalement pour les personnages de Barney et Robin. Je les aimes d’amour. Marshall et Lily sont un peu (souvent) assommants dans leurs rôles du petit couple parfait. Le « you son of a bitch » de Lily me fait saigner des oreilles à chaque fois. Ted est tellement désespéré qu’il fait pitié. Je ne parlerai même pas de la fin de la série qui est selon moi, une des pires fin ever.

10. Santa Clarita Diet. Cette série est drôle et gore en même temps. Il y a de l’humour, de l’amour et du sang. Drew Barrymore et Timothy Olyphant sont parfaits dans leur rôles.

Quelles sont les séries que tu me recommandes d’écouter cet automne?

Projet 365

J’ai souvent plein de projets dans la tête. J’en commence plusieurs, j’en achève rarement. Dernièrement, je m’étais lancé dans le Minsgame. C’était la troisième fois que je le commençais. Je l’ai arrêté au bout d’une semaine. Je n’ai pas réussis parce que j’ai perdu de vue mon objectif et je ne me suis pas donné les moyens d’y arriver. Il y a un peu plus de deux ans j’ai réussi un Minsgame. J’avais réussi à me débarrasser de plus de 450 objets en 1 mois. J’étais super fière de moi. Mais, le Minsgame n’est pas ce dont je veux vous parler aujourd’hui.

En fait, j’ai envie de me lancer dans un autre défi que j’espère vraiment réussir. Ce n’est absolument pas quelque chose d’original. Le concept a été vu et revue des centaines de fois. Peut-être l’avez-vous déjà fait? Peut-être le faites-vous en ce moment? Il s’agit du « projet 365 ».

Projet 365

Je vous explique brièvement qu’est-ce que c’est ce « projet 365 ». En fait, c’est très simple, il suffit de prendre une photo par jour pendant un an. Ensuite, il faut publier cette photo sur Internet.

Les endroits où vous pouvez publier vos photos sont nombreux : Instagram, Facebook, Flickr, Picasa etc. Il existe même des applications ou des sites Internet de partage dédiés à ce genre de projet.

Pourquoi faire ce défi?

Les raisons pour faire ce défi sont nombreuses: garder des souvenirs de l’année en cours, améliorer ses compétences en photographie, développer sa créativité, etc.

J’espère sincèrement réussir à trouver de l’inspiration pour ce projet dans mon quotidien. Je vois cette expérience comme une opportunité de documenté ma vie en images.

Où pouvez-vous me suivre?

Pour ce défi j’ai choisi de publier mes photos sur Instagram. C’est sans aucun doute la plateforme photo la plus facile à utiliser et aussi la plus populaire.

Donc, si vous me suivez déjà sur Instagram attendez-vous à voir des photos qui sont peut-être inhabituelle. Sinon, vous pouvez m’y trouver en cliquant ici.

Je n’ai pas encore décidé si je ferai ou pas un article récapitulatif à chaque mois pour vous présenter mes photos. Laissez-moi savoir dans les commentaires si c’est quelque chose qui vous intéresse ou pas.

Je n’ai plus Internet sur mon téléphone

Hier soir j’ai reçu un texto de ma compagnie de téléphone cellulaire. Le message disait que j’avais trop dépassé ma limite de données Internet et qu’ils devaient, selon la loi Canadienne, bloquer mon utilisation Internet jusqu’au 24 août. J’ai eu un moment de panique, non pas à cause des coûts monétaire associés à ce dépassement, mais parce que je devrais passer un peu plus de deux semaines de ma vie sans avoir Internet au bout des doigts et disponible en tout temps.

Un peu plus tard dans la soirée j’étais devant la télé avec mon chum quand tout à coup je me suis senti angoissée par rapport à ma journée de lendemain. Je ne comprenais pas pourquoi je me sentais comme ça. Je n’avais rien de stressant ou de désagréable au programme pourtant. Je cherchais et je cherchais pourquoi j’étais dans un tel état. Je me suis alors aperçue que je me sentais comme ça à cause de ma coupure momentanée d’Internet. Ayoye!

Cet événement imprévu arrive au bon moment dans ma vie. La semaine dernière, j’ai passé pas mal de temps à faire des recherches sur « comment décrocher de ton téléphone » ou encore « comment passer moins de temps sur les réseaux sociaux ». C’est comme si tout mon ressenti du moment face à mon utilisation de mon téléphone et les événements qui arrivent était connecté. Difficile de ne pas voir tout ça comme un signe de l’univers. Slaque Internet ma grande!

Il est temps que je fasse cette coupure avec les réseaux sociaux. Il est temps que je réalise que je perds ma vie à regarder les autres vivres la leur. Il est temps que je prenne du recul face à la nécessité d’avoir l’information, là, tout de suite. Je faisais des recherches plus tôt cette semaine sur la « slow life », en quoi ça consiste, comment adopter ce mode de vie? Voilà une autre coïncidence, un signe de l’univers. La slow life se vie principalement en étant déconnecté (d’Internet).

J’ai une espèce d’impression que les choses se mettent en place, malgré moi, pour que je puisse vivre la vie dont j’ai besoin actuellement. Une vie basée sur les relations avec ma famille et mes amies. Une vie où tout ne va pas vite tout le temps. Une vie plus calme, plus sereine.

Finalement ma première journée sans Internet c’est bien passé. Dans l’autobus en me rendant au travail j’ai lu un livre au lieu de scroller sur Instagram et Facebook. Pendant mes pauses au travail j’ai écrit au lieu de partager des conneries sur Facebook. J’ai eu souvent le réflexe de cliquer sur les icônes des réseaux sociaux. C’est là que je me suis aperçue que je cliquais machinalement sur ces icônes lorsque je m’ennuie. Je ne ressentais pas de réelle déception de ne pas pouvoir y accéder. Je vais continuer ma désintoxication pour encore deux semaines et j’espère sincèrement ne pas replonger lorsque je récupérerai mes accès.

Blog et vie de famille

Ça fait une éternité que je n’ai pas publié ici. J’avais abandonné ce blog au profit de mon autre blog, Café et Babillages. Pendant quelques temps, j’ai eu un rythme de publication assez soutenu. En commençant à travailler j’ai perdu mon rythme de publication. Je m’étais promis que ça n’arriverais pas, que je trouverais un moyen pour toujours avoir un article sous la main. La réalité de working mom, que je ne connaissais pas encore, m’a ramené à l’ordre.

Horaire type d’une journée de travail

Je me lève tous les matins à 5h30. Je vais à la salle de bain et je me coiffe. Ensuite, c’est l’étape du maquillage. Parfois, je prends le temps de prendre le petit déjeuner à la maison. Je quitte à 6h45 pour prendre l’autobus. J’arrive au bureau vers 7h20. Je travaille 7h15 dans ma journée. Je quitte donc le bureau vers 15h30. Je prends le bus pour retourner chez moi. J’arrive vers 16h15-16h30. Je vais chercher bébé à la garderie. Je m’amuse avec lui une quinzaine de minutes et ensuite moi (ou mon chum) préparons le souper pendant que l’autre empêche bébé de venir nous déranger.

Après le souper, nous avons environ 1h00-1h30 avant de mettre bébé au lit. Alors on joue avec lui. Vers 19h00 je vais lui lire une histoire dans sa chambre. En ce moment nous lisons « Je t’aime plus que tout », un livre plein d’amour entre une maman et son enfant. Les illustrations sont tout simplement magnifiques. Pendant ce temps, mon chum prépare le bain. Après la lecture de l’histoire (2 ou 3 fois), je déshabille bébé (qui pleure et se débat sur la table à langer) et il va prendre un bain. Normalement, il patauge environ 15 minutes et il joue avec différent jouets. Parfois il reste dans l’eau moins de 5 minutes. D’autres fois il y reste 20 minutes. Je le laisse décider du moment où il sort. Habituellement, il veut sortir lorsqu’il est trop fatigué. Je le sèche, je remets une couche. Parfois j’applique une crème hydratante sur son corps, parfois non. Je lui mets son pyjama. Au besoin on lui donne du Tempra pour soulager ses gencives lorsque ses dents poussent. On aspire aussi son petit nez de temps à autre lorsqu’il est congestionné. Ensuite, on brosse ses petites dents. Finalement, je ferme la lumière et papa lui chante une petite berceuse et le mets au lit. Habituellement il est 19h30-19h45.

C’est donc à ce moment-là que mon chum et moi on accapare le divan et qu’on écoute un épisode d’une série. En ce moment, nous écoutons Gotham et j’adore ça. Vers 20h30, je vais prendre ma douche et faire mes soins du visage. À 21h00 je grimpe dans mon lit. J’écris mes gratitudes de la journée. Tout dépendant de mon état de fatigue, je lis un peu, j’écris dans mon journal ou je me couche tout simplement.

Le blog dans tout ça?

Alors voilà, je m’étais fait une promesse pour le blog. Une promesse que je suis incapable de respecter. Mes journées de travail sont très chargées. Je ne prends donc pas le temps d’écrire pour le blog. Je n’ai pas l’énergie de le faire et bien souvent, je n’ai pas l’inspiration.

Les circonstances ont fait en sorte que j’ai abandonné Café et babillages. J’ai un goût amer dans la bouche. J’aimais ce blog, mais être « auto hébergé » c’est trop compliqué pour moi. Je n’ai absolument pas le temps ni l’énergie à mettre sur la résolution de problème sur la mise en ligne d’un site Internet. C’est pour cette raison que je suis de retour ici.

Avoir un blog pro

J’aimerais bien avoir un blog qui fait pro. Parce que même si j’écris d’abord pour le plaisir, je dois admettre que j’aime que les gens me lisent et j’aimerais bien pouvoir tourner mon blog en source de revenu (même si le blog ne devient pas mon gagne-pain principal).

Mais on le sait, un blog ne devient pas pro sans effort, même beaucoup d’efforts. Est-ce que je serais capable de faire une place dans mon horaire où je ne ferais qu’écrire? Si oui, est-ce que je serais capable d’écrire au moins deux articles? Aurais-je l’inspiration nécessaire? Est-ce que j’aurais le temps de faire mes photos et mes visuels? Est-ce que je serais capable de gérer mes réseaux sociaux plus professionnellement?

De plus, je crois qu’un blog pro doit avoir une ligne éditoriale assez définie. Est-ce que j’ai envie d’en créer une et de m’y enfermer? Si je décide de me lancer, quelle sera cette ligne éditoriale? Est-ce qu’il y a des sujets que je maitrise parfaitement sur lesquels j’ai envie d’écrire?

Comme tu peux le constater, je me pose beaucoup de questions en ce moment. Beaucoup d’entre-elles sont sans réponse pour l’instant.

Comment vois-tu le blogging? Est-ce que ton blog a une ligne éditoriale?

Les états d’esprit du vendredi | 2018-04-13

Voici ma huitième participation au États d’Esprit du Vendredi proposé par Zenopia et The Postman

Vendredi 13 avril 2018 – 10:31

Fatigue : En ce moment, j’ai mon coup de barre du matin. J’ai envie d’aller dormir mais je sais que mon trésor va se réveiller bientôt de sa sieste.

Humeur : Stressée et impatiente. Génial non?

Estomac : Un café, 2 toasts au beurre de peanut et un green smoothie.

Cond. phys. : Douleur au genou droit depuis 3 jours. C’est franchement désagréable quand je marche et je mets un temps de fou à m’endormir à cause de ça. Sinon, je suis très courbaturée de mon entraînement d’hier.

Boulot : Maman à la maison en recherche d’emploi. Je n’ai pas envie de recommencer à travailler.

Culture : J’ai recommencé la série Friends sur Netflix.

Film : Moana.

Lecture: Il me reste quelques pages de Harry Potter et la chambre des secrets à lire.

Penser à : Faire mon rapport d’impôt.

Avis perso : Ouais vraiment, ce point-là je ne le comprends pas.

Loulou : Il dort bien la nuit (enfin!) et il se déplace en ce tenant sur des meubles.

Msg pers : Arrête de niaiser!

Amitiés : J’ai vue une amie dimanche dernier… Ça faisait longtemps que je ne l’avais pas vue. Sa visite m’a fait du bien.

Love : Nous sommes ensemble 7 jours/7, 24h/24 depuis maintenant 3 mois. C’est too much.

Sorties : J’ai vraiment rien fait cette semaine à part aller m’entraîner.

Essentiel : Améliorer mon alimentation et cuisiner davantage.

Courses : Bah rien. J’ai fait faire mes courses par mon chum cette semaine… des vitamines et le DVD de Wonder Woman.

Envie de : Partir dans le sud. Il y a encore de la neige de prévu pour les prochains jours, je n’en peux plus.

‘zic : Je comprends ce qui se passe. Être face à la perfection c’est si rare. Ouvre les yeux, c’est parti. Tu peux te pincer oui c’est bien moi Maui. Un vrai demi-dieu ses cheveux, son corps. Oui c’est moi le plus beau, c’est moi le plus fort. Comment vous le dire c’est pour vous les Hommes que j’ai créé l’univers. C’est naturel c’est pour vous vous les Hommes. Je suis un demi-dieu très ordinaire.

Mouais… la trame sonore de Moana joue en boucle chez nous.

Fin de l’article à 10:45.

Les états d'esprit du vendredi (5)

 

Les états d’esprit du vendredi | 2018-02-09

Voici ma septième participation au États d’Esprit du Vendredi proposé par Zenopia et The Postman

Vendredi 9 février 2018 – 08:34

Fatigue : Je suis en pleine forme. Je cherche à savoir pourquoi puisque je me suis réveillée à 4h00 du matin et que je suis debout depuis 5h00.

Humeur : Excellente. Je crois que d’avoir du temps libre avant que mon fils se réveille me fait le plus grand bien.

Estomac : Pour l’instant que du thé… Mais mon café est prêt et mon chum est parti me chercher des croissants.

Cond. phys. : Je suis abonnée au gym. J’ai encore mal aux abdos de mon entraînement de lundi. Je retourne m’entraîner en fin d’avant-midi.

Boulot : Maman à la maison pour encore 4 mois.

Culture : Black Lightning sur Netflix.

Film : Harry Potter à l’école des sorciers.

Lecture: J’ai terminé Le Why Café et j’ai commencé Comme par magie d’Elizabeth Gilbert.

Penser à : Faire la réservation au resto pour demain soir.

Avis perso : À propos de quoi?

Loulou : Il commence à essayer de se mettre debout en se soulevant après les meubles.

Msg pers : Fonce!

Amitiés : Je planifie un souper avec une amie prochainement.

Love : Plus que jamais. Notre sortie au resto mercredi soir nous a fait le plus grand bien. On s’est retrouvé en amoureux et on a bien rigolé.

Sorties : Nous sommes allés à La Chope Gobeline pour la fin de la poutine week mercredi. J’ai adoré l’ambiance, le personnel et surtout la bouffe. Belle découverte pour moi ce restaurant.

Essentiel : Ne pas se décourager.

Courses : Aller acheter les cadeaux de fête à mon chum… sa fête c’est demain. Qui est encore à la dernière minute? haha!

Envie de : Tout mettre aux vidanges. J’ai besoin de faire le vide autour de moi afin de me concentrer sur l’essentiel.

‘zic : «Brille brille petite luciole vient ici que j’te cajole». Mouais… ça vient du nouveau jouet de mon fils.

Fin de l’article à 8h45.

Les états d'esprit du vendredi (4)

Pourquoi tu dois lire Le Why Café?

Depuis quelques semaines, j’ai vu beaucoup de photos du livre Le Why Café sur Instagram. Curieuse, j’ai regardé sur le Web de quoi ce livre de développement personnel parlait. Intriguée, je me suis ensuite procurée une copie de ce bouquin. J’ai été agréablement surprise par cette lecture. Laisse-moi t’en parler davantage et te dire pourquoi tu dois lire Le Why Café.

L’auteur

Le why café est le premier livre écrit par John P. Strelecky. L’auteur est présenté comme une personne qui excelle dans l’art d’aider les gens à améliorer leur vie. En plus de ce livre et autres écrits, il donne des conférences et il a fait des apparitions à la télévision et à la radio. Récemment il a été reconnu comme l’une des 100 personnes ayant le plus d’influence dans le domaine du leadership et du développement personnel.

Synopsis

John, épuisé par le tourbillon de sa vie quotidienne, décide de prendre une semaine de vacances. Sur la route, un important accident a lieu. Deux choix se présentent alors à lui : patienter au moins 1h dans sa voiture le temps que la route se dégage ou alors faire demi-tour. Énervé, John décide de rebrousser chemin. Par contre, puisqu’il a emprunté un itinéraire différent de celui prévu au départ, il se perd. La nuit tombe et il se retrouve perdu au milieu de nul part avec un réservoir d’essence presque vide, un estomac qui gargouille et une patience envolée. C’est lorsqu’il est totalement désespéré qu’il aperçoit la lumière provenant d’un petit café. Il décide de s’y arrêter pour manger un morceau et se reposer. Il était loin de se douter à ce moment-là qu’il y ferait la rencontre de trois personnes qui allaient le faire réfléchir sur la vie d’un point de vue particulier. Mais le plus étonnant, ce sont les questions qu’il retrouve sur le menu du Why Café et qui le pousseront à faire le point sur sa propre existence : Pourquoi êtes-vous ici? Craignez-vous la mort? Êtes-vous pleinement épanoui?

Pourquoi tu dois lire Le Why Café?

  1. Parce que tu souhaites commencer à lire des livres de développement personnel mais tu ne veux pas tomber dans des trucs trop bizarres ou ésotériques.
  2. Parce que ce livre est en fait un petit roman (150 pages) dont la lecture se fait très rapidement.
  3. Parce que tu aimes les livres de développement personnel qui te font réfléchir à propos de ton existence.
  4. Parce qu’il y a à la fin du livre 18 questions qui te permettent de pousser ta réflexion sur la lecture que tu viens de faire.
  5. Parce que tu as l’impression que tu n’es pas heureuse/pas à ta place dans ta vie.
  6. Parce que les histoires racontés par les personnages de ce roman te permettrons de réfléchir à ta perspective sur la vie.
  7. Parce que tu es intéressée par le mode de vie minimaliste. Une section de se livre te parle de la publicité et la manière dont on souhaite te faire croire que tu seras pleinement heureuse/épanouie que si tu possèdes les derniers gadgets à la mode.

Mon avis

Au départ, j’étais sceptique. Les premières pages semblaient avoir été écrit par un gamin tellement les phrases et les paragraphes étaient simplistes. Heureusement, après les deux premiers chapitres (3 et 5 pages), l’histoire devient plus intéressante. Les conversations entre John, le personnage principal, et les trois autres personnages s’entremêlent de façon à faire progresser la réflexion du protagoniste.

Au fil des conversations, chaque personnage raconte à John une petite histoire qui l’aide à comprendre certains aspects de la vie et à pousser sa réflexion encore plus loin. Pour ma part, ce sont les passages que j’ai préféré. J’ai aimé l’histoire de Mike qui parle d’un pêcheur qui, jour après jour, vie une vie qu’il aime profondément et à laquelle il ne changerait absolument rien. J’ai aussi apprécié l’histoire d’Anne qui nous fait prendre conscience à quel point les publicitaires sont sournois et doués pour nous faire croire que nous devons absolument posséder une voiture neuve, une montre en or ou encore passer deux semaines dans un 5 étoiles au Mexique pour être heureux dans la vie. Mais l’histoire que j’ai préféré c’est celle de Casey à propos des tortue de mer vertes. Je ne t’en dis pas plus à ce sujet. Il doit quand même te rester quelques surprises si tu décides de lire ce roman.

Ce livre m’a permis de prendre un moment pour réfléchir à ma vie. Comment est-elle en ce moment? Est-ce que c’est vraiment la vie que je veux vivre? Pourquoi je suis ici, sur terre? Quelle est ma raison d’être? Comment est-ce que je peux tranquillement créer une vie qui me comble et dans laquelle je suis pleinement épanouie? J’ai trouvé quelques réponses mais je dois continuer ma réflexion. Je me rends compte que j’ai beaucoup de travail à faire sur moi et sur ma vie. C’est ce que je vais continuer à faire progressivement.

As-tu lu ce roman? Est-ce que c’est le genre de lecture qui t’intéresse? Fait-le moi savoir dans les commentaires.

Comme une claque en pleine face

Note : Cet article n’est pas du tout dans la lignée du #bodypositive. Je chiale contre mon apparence. J’utilise des termes tel «poche de patates». Je veux juste préciser que je parle de moi, mon corps et mon ressenti face à celui-ci et non pas des personnes en surpoids en général. 

Je n’ai presque pas de photos de moi avec Paul à part quelques selfies. Je n’aime pas me voir sur les photos. Je n’aime pas voir ma silhouette de poche de patates. On pourrait penser que c’est depuis mon accouchement, que je n’ai pas encore perdue tout le poids accumulé pendant ma grossesse, que je dois m’habituer à mon nouveau corps de maman. Mais ça remonte à bien avant ma grossesse. Avec les années, j’ai pris du poids, beaucoup de poids. Au départ, je le vivais bien. «Ha, je n’ai pris que 5 livres (2 kilos) ce n’est pas la mer à boire». Ça continué comme ça longtemps. Sur une période de 10 ans, j’ai pris près de 60 livres (28 kilos), dont 19 livres (8,61 kilos) sont post-grossesse.

Comme une  claque en pleine face

Dernièrement, j’ai eu quelques claques en pleine face. Des claques qui m’ont réveillé. Des claques qui m’ont fait comprendre que je devais me prendre en main. La première remonte à environ deux semaines. J’étais assise par terre, je jouais avec Paul. Au moment où j’ai voulu me relever, je me suis rendue compte que j’en étais incapable. MERDE! Comment je vais faire? Je ne peux pas demander à mon bébé de 8 mois de m’aider. J’y suis finalement arrivée, après un gros 5 minutes. J’ai dû me coucher sur le ventre, pour réussir à me mettre à genoux et me lever difficilement. Tu vois un peu le portrait? La deuxième a eu lieu la semaine dernière quand je suis allée au cinéma avec mon chum. En allant m’asseoir dans la salle, j’ai regardé des deux côtés derrière moi afin de m’assurer que mes fesses étaient bien alignées entre les deux bras su siège. What the fuck? C’était la première fois que ça m’arrivais. J’ai décidé que ça serait la dernière. J’ai décidé que mon look «poche de patates qui a du mal à se lever comme une tortue qui est sur sa carapace» disparaîtrait.

J’en ai marre de mon apparence, j’en ai marre d’être à bout de souffle après 10 minutes de marche rapide, j’en ai marre d’avoir mal partout tout le temps et j’en ai marre d’être limité dans mes mouvements. Ça m’emmerde de ne pas être capable de m’asseoir par terre pour jouer avec mon fils. Ça me fait flipper de penser que cet été je ne serai pas capable de jouer au parc avec lui plus de 15 minutes car je vais être trop fatiguée. Ce que je veux, c’est être une mère en forme qui va courir partout avec son fils, qui va l’amener patiner l’hiver et faire du vélo l’été. Je veux pouvoir jouer au ballon avec lui. Je veux passer des heures dans la piscine à jouer et nager avec lui. Je veux aller glisser avec lui l’hiver. Je veux pouvoir l’amener cueillir des fraises au mois de juin sans m’arrêter toutes les 2 minutes parce que j’ai mal au dos. Je veux aussi l’amener aux pommes et monter dans l’échelle pour aller chercher la belle grosse pomme rouge en haut de l’arbre. Bon, ça va. J’ai donné assez d’exemple je crois. Je suis certaine que tu comprends ma motivation principale.

smoothies-2253423_960_720

Me prendre en main

Bref, j’ai décidé de me prendre en main en 2018. Ce n’est pas une résolution à la con que j’ai pris le premier janvier. C’est une décision réfléchie derrière laquelle il y a de bonnes motivations que j’ai prise ce weekend. D’accord, mais concrètement ça veut dire quoi me prendre en main?

La première chose à faire pour moi, c’est l’entraînement. Oui, je vise une perte de poids à long terme mais ce n’est pas ma priorité. L’important pour moi en ce moment, c’est d’améliorer ma capacité cardiovasculaire et de faire du renforcement musculaire. Un bébé qui dépasse maintenant les 20 livres (9 kilos) ça fait forcer les bras mais aussi le dos.

La deuxième chose à faire pour ma perte de poids et ma santé en général, c’est de réduire ma consommation de sucre. Je ne suis pas ce qu’on appelle une bibitte à sucre. Je ne passe pas mon temps à manger du chocolat et des bonbons. En fait, je suis une des rares personnes qui ne raffole pas du chocolat. Par contre, je sucre beaucoup mon café et je suis une grande consommatrice de boisson gazeuse. J’essaye depuis le début de mois de janvier de ne pas boire de Pepsi ou de 7up, mais honnêtement c’est très difficile. C’est comme une drogue. Après deux ou trois jours, je ressent vraiment le manque.

La troisième chose à faire c’est de repenser mon alimentation. Un de mes objectifs pour 2018 est de redevenir végétarienne. Je ne me considérerai probablement pas comme vegan car, pour le moment, je ne pense pas arrêter de consommer des œufs ou du miel. Par contre, je souhaite complètement arrêter les produits laitiers. Je sais par expérience (j’ai été vegan quelques mois il y a environ 3 ans), que mes articulations me font beaucoup moins mal lorsque je ne consomme pas de produit laitier. Je sais aussi par expérience, que mon niveau d’énergie monte lorsque je consomme plus d’aliments végétaux et  pas de produit animal. Mais bon, pour l’instant je diminue ma consommation de viande est c’est très bien ainsi.

sport

Abonnement au gym

Pour ce qui est de l’alimentation, ça va je peux gérer ça toute seule chez moi comme une grande fille. Par contre, l’entraînement à la maison ce n’est pas pour moi. J’ai essayé, souvent, sans succès. Déjà faire du cardio quand tu habites en appartement ce n’est pas facile. Les voisins n’aiment pas trop quand tu fais du workout chez toi. Pour la musculation, je n’aime pas particulièrement les poids libres. Je préfère travailler sur les machines. J’ai donc décidé de m’abonner au gym. Hier, j’avais ma rencontre avec l’entraîneur pour évaluer ma condition physique. Ça fait environ 8 ans que je n’ai fait aucun exercice (à part quelques randonnées). Ça te donne une idée de ma condition physique.

Pendant la rencontre elle m’a posé des questions sur mes habitudes et mes motivations. Elle m’a mesuré et elle m’a pesé. L’horreur. C’est là que j’ai vue à quel point ma prise de poids était catastrophique. Elle a calculé mon IMC et m’a dit que j’étais dans la catégorie «surpoids» quelle surprise! Mais elle m’a dit que l’IMC n’était pas la meilleur indication de la condition physique. Elle a aussi calculé mon pourcentage de gras et de masse maigre (os, muscles) dans les bras, les jambes et le tronc. Disons que dans l’ensemble, mon corps est composé à 50% de gras. Wo! Je suis à moitié du crisco! Elle a testé ma capacité cardiovasculaire en me faisant faire du vélo stationnaire. Au bout de deux minutes, mon cœur allait bien mais je ne sentais plus mes jambes. J’ai pu en faire environ 3 minutes. Pitoyable! Ensuite, pour le fun elle m’a fait faire de l’elliptique (je lui ai dit que j’aimais ça l’elliptique). J’en ai fait pendant 4 minutes, en prenant plusieurs pauses. Après, j’avais tellement les jambes en compote que j’ai eu du mal à débarquer de l’appareil. C’est lors de cette rencontre que j’ai eu ma dernière claque dans face. Je suis plus lourde que je pensais l’être, plus «graisseuse» et moins en forme.

Demain je la revoie afin qu’elle me montre mon programme personnalisé. Je suis excitée et nerveuse en même temps. À partir de la semaine prochaine, le vrai entraînement commence. Souhaite-moi bonne chance.

Comme une claque en pleine face

Les états d’esprit du vendredi | 2018-01-26

Voici ma sixième participation au États d’Esprit du Vendredi proposé par Zenopia et The Postman

Vendredi 26 janvier 2018 – 08:14

Fatigue : Ça va. Puisque mon chum est à la maison, j’en ai beaucoup moins à faire au quotidien.

Humeur : Bonne… je crois.

Estomac : Un peu de café.

Cond. phys. : Épouvantable. Il faut absolument que je commence à faire de l’exercice.

Boulot : Maman à la maison pour encore 4 mois.

Culture : Mindhunter et Myths and monsters.

Film : The Passenger.

Lecture: Nada… Je dois m’acheter de nouvelles lectures.

Penser à : Penser à rien ça serait vraiment chouette.

Avis perso : C’est quoi cette folie du Nutella en France?

Loulou : Il a eu 8 mois cette semaine et il a de nouvelles dents.

Msg pers : Bah.

Amitiés : C’est mort ces temps-ci.

Love : Bah.

Sorties : Ciné.

Essentiel : Se faire plaisir.

Courses : Aller acheter de la nouvelle lecture.

Envie de : Mettre plus de temps sur mon blog et profiter encore plus des moments avec mon fils.

‘zic : Album Beautiful Trauma de P!nk.

Fin de l’article à 14:35… mouais… sans commentaire. #momlife